Pakistan, Voyage 2018/2019

(Presque) deux mois au Pakistan.

This article is also available in : English

Voilà, je vais quitter avec regret le Pakistan après presque deux mois. Des moments forts, d’autres, plus tranquilles, et quelques instants vraiment ennuyeux. 

Je n’ai pas fait de publication concernant mon séjour hormis quelques photos. Mais pour ceux que cela intéresse, un premier article a été publié dans le Road Trip n°53 concernant ma traversée du Baloutchistan et un second devrait l’être dans le Road Trip n°54 concernant mon séjour auprès du Prince Malik. Mais pour en savoir plus à ce sujet, il va vous falloir attendre le mois de juin (eh oui, la presse écrite a son propre tempo, bien loin de celui d’Internet… mais je pense que le plaisir de lire un article dans un magazine reste quelque chose de différent.)

J’eusse aimé faire un article sur le nord du Pakistan, paysage de montagne, qui est sans doute la plus belle région du Pakistan… mais jusqu’à présent les températures y étaient trop froides et maintenant que le temps me permettrait d’y aller… je dois quitter le pays faute de visa. Je reviendrai un peu plus loin sur ce dernier point. 

Ce que j’ai adoré au Pakistan : 

• L’accueil ! Dire que le Pakistan est sans doute le pays le plus accueillant au monde n’est pas exagéré. Même les Iraniens, dont l’accueil est plus qu’exemplaire, n’arrivent pas à leur niveau. Je n’ai pas les mots pour vous décrire à quel point le peuple pakistanais est hospitalier. J’ai bientôt 57 ans, je voyage depuis ma tendre enfance et je n’avais encore jamais rencontré une telle hospitalité. Amazing Pakistan. 

• La nourriture. Certes c’est épicé. Mais c’est franchement bon. N’hésitez pas à tester la street-food à Lahore en particulier, vous serez surpris par la variété des saveurs. N’hésitez pas à tester les différents jus de fruits également : ils sont excellents. Quant aux risques sanitaires. Ma foi, certes j’ai eu une petite dysenterie qui a duré 24h une fois. Mais rien de méchant, pas plus qu’ailleurs en tous les cas. 

• La vie et les traditions rurales. Au côté du Prince, j’ai pu découvrir un peuple dont les traditions sont ancrées dans les siècles. 

• Corolaire au point précédent : Les chevaux et les traditions équestres. Je suis cavalier, et j’avoue que j’ignorais totalement que le Pakistan avait une telle tradition équestre. J’ai particulièrement apprécié la finesse de leurs chevaux et j’ai été stupéfait d’assister aux compétitions de Tent Pegging et à des spectacles de « Horse Dancing ». Je n’en dis pas plus à ce sujet : ce sera le thème de mon prochain article dans Road Trip.

Ce que qui m’a (agréablement) surpris :

• Le dynamisme et la modernité de certains entrepreneurs. J’ai l’occasion de visiter les bureaux d’une agence de tourisme (130 personnes) et une ferme (une centaine de vaches laitières). Dans les deux cas, un professionnalisme et une modernité que je ne m’attendais pas à trouver ici. Comme quoi… ne jamais avoir d’idées préconcues.

• De voir des travestis dans les rues d’Islamabad. Certes, je ne suis pas certain que leurs conditions de vie soit très enviables. Et je pense qu’ils vivent beaucoup de mendicité. Mais ils sont vraiment assez nombreux. Je ne m’attendais vraiment pas à en voir ici.

Ce que j’ai moins aimé : 

• Un peuple d’homme. Encore une fois je pense pouvoir dire être un « voyageur confirmé », mais je n’étais encore jamais allé dans un pays avec si peu de femmes dans les rues. Il y en a certes, et heureusement, mais elles sont vraiment peu présentes dans le paysage. 

• Les ordures, et en particulier les monceaux de matière plastique jetés çà et là. J’ai en particulier le souvenir d’une rue que j’ai parcouru à moto dans Lahore. Les voitures, motos, tuk-tuk et piétons circulaient au milieu d’une véritable décharge à ciel ouvert sur plusieurs kilomètres. Je n’avais pas mon appareil photo sur moi à ce moment-là, mais je compte y retourner afin de réaliser quelques images.

• L’impossibilité de circuler sur les autoroutes à moto : elles y sont interdites. Il existe certes une possibilité aux possesseurs de moto de plus de 600 cc d’obtenir un permis leur permettant de circuler sur ces autoroutes… mais cette autorisation n’est accordée qu’au terme d’une procédure qui je le soupçonne (échaudé par mon expérience « extension visa », je n’ai pas eu la patience de tenter de l’obtenir), peut prendre plusieurs semaines.

Ce que j’ai détesté : Les tracasseries administratives ! Alors là, clairement de tous les pays que j’ai traversés depuis le début de ce voyage, hormis le Turkménistan peut-être, le Pakistan est VRAIMENT le mauvais élève de la classe. (et à ceux qui me diront que chez nous c’est pire, je répondrais que pour avoir été marié à deux reprises avec des étrangères, j’en suis parfaitement conscient… mais là n’est pas la question). Quelques explications s’imposent : 

• Obtention du visa : le visa doit s’obtenir dans l’ambassade de votre pays de résidence. C’est un véritable problème pour le voyageur au long cours… puisque par nature, il n’est pas durant de longs mois, dans son pays de résidence. Pour ma part, j’avais résolu ce problème en laissant mon second passeport en France. C’est une agence spécialisée qui m’a obtenu le visa puis expédié le passeport. Mais cela est couteux (les frais DHL sont élevés), risqué (risque de perte du document) et nécessite d’obtenir 2 passeports. Par ailleurs, alors que j’avais initialement prévu de revenir au Pakistan en juin j’ai renoncé à cette option qui m’aurait obligé à renvoyer mon passeport en France (donc doubles frais DHL, plus frais d’agence, plus frais de visa, au bout du compte la note est salée).

• Extension du visa. J’ai commis l’erreur de faire cette demande à Islamabad. Visiblement la procédure est à la fois plus simple, rapide et souple à Lahore. Ceci dit, j’ai rencontré une jeune voyageuse qui a fait sa demande à Islamabad et qui a obtenu sans problème une extension de plusieurs mois à multiples entrées alors que le préposé m’avait déclaré que c’était impossible… c’est donc un peu à la tête du client et je soupçonne que le fait qu’elle ait été une jolie jeune femme a beaucoup aidé…pour ma part, je n’ai obtenu qu’une extension effective (et non prorogeable : final extension) de 3 semaines après 3 semaines de délais. La procédure est en outre complexe. Il vous faut aller dans 2 administrations différentes pour à chaque fois y déposer un dossier puis revenir chercher l’accord puis le visa quelques jours plus tard. Par comparaison, les extensions de visa en Iran ont été faites à chaque fois en moins de 2 heures. Pour ceux que cela intéresse, vous trouverez le détail de cette procédure ici.

• Visa on line et on Arrival. Le Pakistan désire développer le tourisme. A ce titre, ils viennent de supprimer les NOC jusqu’à présent obligatoires pour les étrangers (autorisation de circuler sur le territoire Pakistanais). Ils devraient également mettre en œuvre très prochainement une procédure de visa online et on arrival dont je n’ai pas le détail pour le moment, MAIS 

o Cela ne concerne que les personnes arrivant par avion (donc en tant que grand voyageur je suis exclu)

o Cela oblige à arriver au Pakistan par avion (impossible par exemple d’arriver en Inde – ou les billets d’avion sont sensiblement moins cher) et de passer au Pakistan lors d’un voyage d’agrément comprenant les deux pays par exemple.

Voyager en tant que femme au Pakistan

Mesdames, pouvez-vous voyager en tant que femme seule au Pakistan ? Sans hésitation, la réponse est OUI. Vous y serez extrêmement bien accueilli même si parfois certains seront un peu trop insistants selon quelques témoignages de femmes seuls que j’ai pu recueillir. J’ai rencontré 4 jeunes femmes d’environ 20/30 ans, jolies et voyageant seules au Pakistan (une Américaine, une Française, une canadienne, et une chinoise). Pour plus d’information, je vous invite à consulter les pages de l’une d’entre elles, Alex

En conclusion : le Pakistan est-il un pays à visiter ?

Sans hésiter, la réponse est OUI. Personnellement j’ai adoré ce pays, et j’y serai resté plus longtemps sans ces tracasseries administratives.

Pour conclure, voici la traduction d’un article dont vous trouverez l’original ici  (il s’agit d’une traduction automatique, donc très imparfaite)

Cinq sérieux dangers lors d’un voyage au Pakistan.

Le Pakistan est l’un des pays les plus dangereux au monde. Tous les gouvernements avisés ont fortement déconseillé d’y voyager, et pour une bonne raison : en tant que voyageur étranger, vous serez constamment en danger pour diverses causes dès que vous mettrez les pieds dans le pays. (La quasi-totalité du pays est classifié zone rouge par le gouvernement français).

Le terrorisme

Comme pour beaucoup de choses dans la vie, tout ce que vous avez entendu sur Fox News est tout à fait vrai : Les Pakistanais sont des terroristes. Il ne s’agit pas de vos terroristes ordinaires, du genre AK-touting, Jihadi Joe, mais de quelque chose de beaucoup plus sinistre… des terroristes culinaires.

Souvent déguisés en une mère ou une grand-mère pakistanaise dodue et aimante, les terroristes culinaires sont partout. Ils se cachent derrière chaque porte de chaque maison, des louches à la main, attendant leur chance de vous remplir de nourriture au point que vous explosez comme la bombe humaine qu’ils pensent que vous êtes.

Il n’y a aucun moyen d’y échapper – ils vous trouveront, ils vous feront asseoir, et ils vous nourriront jusqu’à ce que vous éclateront. Une fois que vous avez été agressée, il n’y a pas d’échappatoire jusqu’à ce qu’ils décident que vous avez fini. Vous seriez plus en sécurité à la maison, loin des cellules sinistres des mangeoires et de leurs délicieux délices.

Kidnapping

Les enlèvements sont monnaie courante au Pakistan. Des étrangers errant sans but dans les rues et sont fréquemment accostés par des Pakistanais. Avant de pouvoir crier “ambassade”, ils sont emmenés au stand ou à l’appartement le plus proche pour une bonne tasse de chai et une conversation. Cela ne s’arrête pas là : de nombreux étrangers ont déclaré avoir été transportés chez leurs ravisseurs, où ils sont retenus en otage dans des lits confortables tout en étant torturés par la nourriture, le chai et l’amour.
La résistance est futile, et refuser le chai est dangereux : cela ne fera qu’encourager vos ravisseurs à vous torturer davantage. Attention, les ravisseurs n’acceptent pas de rançon et refusent toute offre de paiement de la part de leurs victimes.

Violence

La violence sévit dans les rues du Pakistan. Où que vous alliez, des foules de gens vous encercleront, à la recherche d’une poignée de main chaleureuse ou d’un selfie. Ils s’en prendront à vos tympans en vous posant des questions sur vos voyages et votre opinion sur leur pays. Les choses peuvent s’envenimer rapidement, surtout lorsqu’il s’agit de nourriture – beaucoup vous agresseront avec de la nourriture et de l’hospitalité jusqu’à ce que votre corps n’en puisse plus supporter.
Méfiez-vous particulièrement de ceux qui veulent devenir amis sur Facebook. Il n’est pas rare que ces agresseurs traquent vos voyages en ligne, dans l’espoir de pouvoir vous offrir plus d’aide et d’hospitalité dans l’avenir.

Escroqueries

Les rumeurs sont vraies : Les Pakistanais sont des escrocs.

Certains vous tromperont en vous faisant croire que vous pouvez les remercier pour leur hospitalité, pour ensuite vous éclipser et prendre l’addition pendant que vous ne regardez pas. D’autres conspireront avec les serveurs pour s’assurer qu’ils ignorent vos tentatives d’attraper l’addition à la fin d’un repas. Les Pakistanais utilisent toutes les astuces possibles pour s’assurer que vous ne payez absolument rien.

Beaucoup vous diront qu’un hôtel est plein, ou qu’il n’y a pas de transport en commun, pour qu’ils puissent vous conduire et vous accueillir eux-mêmes. À moins d’être prêt à être baigné d’amour et d’affection pendant plusieurs jours, soyez en pleine alerte si vous êtes forcé d’interagir avec la population locale.

Vol

Les Pakistanais sont les plus grands voleurs du monde. Nous ne savons pas comment ils font, mais ils maîtrisent parfaitement l’art : il n’y a pas moyen de voyager dans le pays sans se faire voler son cœur par le peuple pakistanais.

Des visages souriants dans les rues de Karachi, au Pakistan
Des terroristes ? Des voleurs ? Des kidnappeurs ? Qu’est-ce que t’en penses ?

En raison de tous ces “dangers”, la plupart des compagnies d’assurance voyage ne couvrent pas le Pakistan. C’est pourquoi nous recommandons l’assurance voyage First Allied. First Allied se spécialise dans les régions à haut risque comme le Pakistan et l’Afghanistan.

Previous Post Next Post

You Might Also Like

3 Comments

  • Reply Luc COTTERELLE 5 avril 2019 at 20 h 51 min

    Tes images sont vraiment splendides !
    Ce peuple transpire la bienveillance !
    2 mois là-bas ! Super !
    Merci JJ !!!

    Question : « Selon quelques témoignages de femmes que j’ai pu recueillir »
    Les témoignages ???

  • Reply JM 5 avril 2019 at 15 h 58 min

    J’attends avec impatience le récit : “Le prince et le motard”. 🙂

  • Reply Hugues 5 avril 2019 at 12 h 56 min

    Toujours une belle plume Jean-Jacques ! Je reconnais bien ton humour…On relit toujours la première ligne avec quelques doutes et on dévore le reste.

  • Leave a Reply