Kirghizistan

Balade en montagne

This article is also available in : English

7 H le réveil sonne. Cela fait longtemps que je ne me suis pas levé aussi tôt !

Kegeti pass

Les deux autres sont déjà dans la cuisine. Il y a Guido, le suisse, 52 ans. Il a réalisé il y a quelques années un tour du monde qui a duré 6 ans. Puis, Edi (Eddy ?) le Bosniaque. Un jeune fou de 30 ans, qui a commencé il y a quelques mois un tour du monde qui, il l’espère, durera 10 ans. C’est un enduriste chevronné et il vient tout juste de parcourir une « route » dans les montagnes qui ressemble plus à un sentier muletier qu’autre chose : la « Kegeti pass ».

J’avoue être un peu inquiet. Malgré mon expérience, je pense être le moins chevronné des trois et Guido a beau répéter que l’Afrique est le plus dur des continents … ma pratique de la moto off road en montagne est pour le moment limitée.

 

Kegeti Pass

Ce qui m’inquiète aussi c’est la manière dont Edi a défini l’itinéraire : sur Google Earth, il a repéré un sentier qui parcourt la montagne et s’en est servi pour créer la trace. Certes George qui travaille ici nous a certifié que la balade était faisable et de surcroit très jolie. Mais il a également dit qu’en général, elle se fait en deux jours. Edi veut la faire en une seule journée : 260 km au total dont plus de 100 km en off road en montagne.

La XT 600 que je me suis procurée pour l’occasion (Utopia étant en maintenance) me semble ridiculement légère et petite. Nous partons. Il faut d’abord sortir de la ville. Je n’aime pas cela. Depuis mon accident, il y a 4 ans, je ne peux m’empêcher d’avoir peur des autres usagers. Nous prenons cap vers le Sud et 60 km plus tard nous bifurquons à gauche vers l’Est. Très vite le goudron laisse la place à une bonne piste de gravier. Un peu de tôle ondulée mais rien de méchant. Puis la piste se met à monter. Au total dans la journée nous passerons de 970 m à 3560 m avec un panaché de toute sorte de piste off road : gravier, sable, herbe, etc. Mais pas de boue. La XT, bien que manquant un peu de puissance par moment permet de passer partout en toute décontraction, un vrai jouet. Son poids permet de ne pas avoir à trop se concentrer sur la route et de vraiment profiter de la balade.

Au final : Une très belle excursion plutôt facile avec les motos que nous avions et de belles parties de rires (des motos plus lourdes passent sans problème mais demandent plus de technicité je pense de la part du pilote).

Le surlendemain la crazy bosniaque reprend la route. Nos chemins risquent fort de se recroiser : nous prenons sensiblement la même direction.

Pour ma part, je réfléchis de plus en plus à la suite : Soit prendre un bateau vers l’Afrique depuis l’Inde, soit continuer vers l’EST et une fois arrivé à l’extrème Est, prendre un Bateau pour Vladivostok et revenir par la Russie/Mongolie. Cette dernière option me permettrait de revenir au Kirghizistan au printemps afin de mieux découvrir ce très beau pays.

A suivre donc….

En attendant, après un départ un peu difficile je dois dire, dû à mon surpoids et une vie trop sédentaire, je suis en pleine forme …. Et je prends le temps de vivre… la vie parisienne me semble n’être plus qu’un songe.

 

 

 

 

et une petite vidéo qui fait réfléchir : 

 

Previous Post Next Post

You Might Also Like