Arménie

Yerevan

This article is also available in : English

Yerevan, une ville surprenante….j’ai passé 3 jours à l’arpenter jusqu’à en avoir mal au pieds.

Je vous laisse découvrir au travers de quelques photos (en fait, j’ai tellement aimé flâner dans cette ville, que je n’ai pas trop penser à sortir l’appareil..)

 

Et voici le déroulement de ces quelques jours … en 3 actes :

 

1/ L’arrivée…

Je voulais passer la nuit dans la montagne … mais l’orage était de la partie, et puis surtout mon câble d’embrayage a presque rompu. J’ai donc décidé de rallier Yerevan afin de trouver le moyen de réparer. Je suis arrivé de nuit. J’ai pris la première guesthouse venue… qui s’est révélé être une sorte de backpacker à la clientèle exclusivement indienne. Moyenne d’âge : 25 ans… et que des dortoirs. Mais le lieu est agréable, les jeunes sympas même si beaucoup n’osent pas trop me parler… je reste….

2/ La réparation du câble d’embrayage :

Bon, j’aime bien quand tout se déroule selon le plan … donc rappel : hier je casse pour la seconde fois mon câble d’embrayage. Je prends au hasard une sorte de guesthouse qui se révèle être un backpaker à la clientèle exclusivement indienne. Pas de chambre seulement des dortoirs…. Ce matin je me lève avec l’idée de faire un seul câble avec deux à l’aide de serre-cable … je pars à pieds aux alentours pour voir ce que je peux trouver comme garage ou magasin de bricolage. A force de taper aux portes on me désigne une porte de garage fermée juste à 50 m du foyer ou je suis. Coïncidence le portail s’ouvre au moment où j’arrive (je vous jure que c’est vrai) et je tombe sur un monsieur, la cinquantaine qui se révèle être le président du club des bikers d’Arménie. Il est également un ancien champion d’enduro … Je lui explique mon problème et il entreprend derechef de me confectionner un nouveau câble en récupérant les pièces nécessaires sur l’ancien (y compris la tête de câble) ..
Pour le sertir / souder il m’a entraîné dans une sombre caverne qui est le lieu où sévi le maitre réparation es radiateurs de voiture. Bref, je me retrouve avec un nouveau câble plus épais que l’ancien et dont les côtes ont été tellement bien prises que je n’ai même pas eu à régler l’embrayage ….et  un gâteau que l’on m’a donné quand j’ai parlé de payer (3ème fois en 4 jours en Arménie …) et maintenant, il faut que je prenne une douche parce que si j’ai bien compris on va tester ma résistance à la vodka … j’aime bien quand les plans se déroulent comme prévu

plus tard dans la soirée :

C’est bon la vodka
.. j’ai bu pour la paix, j’ai bu pour les ancêtres, pour l’amitié , pour les disparus, pour les femmes, … pis je sais plus trop … Mais j’ai bu et la vodka est bonne et les armeniens fantastiques ….

(Vodka fait maison à l’abricot, 60 ° …)

 

Et encore une fois : un énorme merci à Arsène qui m’a dépanné !!!!! Et la petite soirée sur une table basse dans son garage avec ses amis … je m’en souviendrai..

 

3/ La visite de la ville ….

Le premier jour, je suis parti à 11h le matin et revenu à 2h du mat… j’ai marché, marché, marché… (et oui, j’ai mangé également….;)

 

Deux musées à ne pas rater (photos interdites) :

  • Le musée de l’Histoire de l’Arménie. Ils ont une collection incroyable et surtout dans un état de conservation qui m’a laissé songeur (des reliques de 1500 BC entre autres)
  • Le musée du génocide.

J’ai un peu moins accroché au Cafesjian Center for the Arts, mais je ne suis pas fan de l’art contemporain en général.

 

Le second jour, je suis passé à l’Alliance Française. Vernissage, concert, etc. Ah, oui, je me suis commandé des cartes de visites également…

 

 

Au final: j’ai adoré cette ville. Dans mon top 5 perso, avec Cape Town, San Francisco, Vienne et Lisbonne.

 

 

Previous Post Next Post

You Might Also Like